Le gouvernement relance le fret ferroviaire français dès 2020

le fret ferroviaire français en question

Le fret ferroviaire français n’a pas baissé en volume depuis les années 1970. En revanche, ses parts de marché ont fondu. De 45% du transport terrestre national total en 1974, il ne représente plus que 9% de ce type d’échanges en 2020. C’est deux fois moins que la moyenne européenne qui se situe aux alentours de 20%.

Le fret ferroviaire français face au transport routier

Le fret ferroviaire est principalement mis en concurrence avec le transport routier. En effet, ce sont tous les deux des moyens de transport de marchandises terrestres qui répondent bien souvent aux mêmes problématiques clients : un transport d’un point A à un point B sur une distance relativement courte (à l’échelle de la Terre) : plusieurs centaines de kilomètres, sans franchissement de mer. Nous allons maintenant étudier les avantages de chacun.

Les avantages du fret ferroviaire français

Le fret ferroviaire français est clairement moins rentable économiquement que le fret routier quand on se positionne uniquement d’un point de vue de la compétitivité/prix. En revanche, il présente d’autres avantages non négligeables quand l’on se place dans une démarche globale (prise en compte de la dimension environnementale, de son image de marque…)

Un transport routier trop accidentogène

Premier reproche adressé au transport routier, il est beaucoup trop accidentogène. En effet, en 2018, il y a eu pas moins de 444 personnes tuées dans un accident impliquant un poids lourd, et 262 personnes tuées dans un accident impliquant un véhicule utilitaire. Ces chiffres sont en très légère diminution depuis 2010 mais restent particulièrement élevés (détail des statistiques ici). 444 morts dans un accident lié à un poids lourd de plus de 3,5 tonnes, cela représente 12.5% des morts sur les routes de France d’après les chiffres de la sécurité routière.

C’est considérable quand on sait qu’en comparaison, il n’y a jamais de morts liés au fret ferroviaire puisque les trains circulent sur des rails (donc en site propre). Réduire la part de marché du fret routier par rapport au fret ferroviaire permet donc d’impacter directement et significativement à la baisse le nombre de morts sur les routes de France.

Le fret ferroviaire français meilleur pour la planète

Le fret ferroviaire apporte une vraie solution à un problème connu du transport routier : la pollution. Réputé polluant, le secteur routier en général (transport routier, mais aussi voitures et bus) représente 28% du total des émissions carbone de la France. Mesurer précisément la part du fret routier dans le bilan carbone total français est difficile, mais c’est une part non négligeable car les camions consomment beaucoup de carburant. Surtout que la plupart roulent au diesel, carburant qui émet des particules fines et ultra-fines responsables des cancers du poumon les plus complexes et de nombreuses pathologies respiratoires (asthme, BPCO…).

fret ferroviaire français et environnement

A l’inverse, le fret ferroviaire français est meilleur pour la planète. Par définition le train roule grâce à l’électricité, donc ce transport n’émet directement aucune particule (ni CO2, ni particules fines…). Son bilan carbone n’est qu’indirect : il dépend du mode de production de l’électricité qui alimente la locomotive. S’il s’agit d’énergie dite renouvelable (hydraulique, éolien, photovoltaïque), alors on peut dire que le fret ferroviaire est un transport zéro carbone.

Quand on sait que seulement 11% de la production d’électricité française provient d’énergies fossiles (pétrole, gaz), on peut affirmer que le bilan carbone du fret ferroviaire français est quasiment nul. Le transport ferroviaire est donc bien meilleur pour la planète que le transport routier. Toutefois, ce dernier comporte quelques avantages économiques qui compliquent le recours au fret ferroviaire français.

Les avantages du transport routier

Le fret routier plus pratique et plus souple

Le fret routier permet à une entreprise de transporter des marchandises d’un point A à un point B avec un seul mode de transport. Le réseau routier et autoroutier étant particulièrement développé en France, les camions peuvent relier n’importe quel entrepôt, depuis n’importe quel entrepôt avec un seul moyen de transport direct.

le fret ferroviaire français subit la concurrence déloyale du fret routier

Pour utiliser le rail dans ce type de configuration, il faudrait effectuer un transport dit combiné. C’est à dire, emmener par camion la marchandise jusqu’à la gare. Effectuer la majeure partie du transport en train, puis décharger les marchandises à la gare la plus proche de l’entrepôt de l’acheteur et les transporter par route jusqu’à l’arrivée. C’est une logistique plus complexe (car dépendante de trois transports différents et des horaires des trains) là où le transport routier s’avère bien plus souple.

Le fret routier plus adapté à l’international

Pour toutes les raisons évoquées plus haut, le fret routier s’avère plus souvent avantageux sur les courtes distances que le fret ferroviaire. Le fret ferroviaire nécessite une volonté politique pour être intéressant car des investissements conséquents doivent être consentis. La Chine a déployé un immense réseau ferroviaire pour que le rail la relie à l’Europe. Désormais, le fret ferroviaire Chine-France et Chine-Europe est très intéressant économiquement : c’est un bon compromis entre le transport aérien et le fret maritime.

Entre la France et l’Espagne, il y a une raison évidente à ce que le fret ferroviaire français soit moins compétitif que le fret routier. En effet, entre l’Espagne et la France, les rails n’ont pas le même écartement ce qui rend impossible un fret ferroviaire simple et rentable entre ces deux pays.

Plan de relance du gouvernement en faveur du fret ferroviaire français

Le gouvernement de Jean Castex a annoncé un plan de relance en faveur du fret ferroviaire français, afin que ce mode de transport se mette à regagner des parts de marché. A court terme, beaucoup de mesures, à long terme un peu moins. Analyse.

Mesures immédiates

Deux mesures immédiates ont été annoncées pour relancer à très court terme le fret ferroviaire français : la suppression des péages jusqu’en décembre 2020 et la division des péages par deux dès 2021.

Suppression des péages jusqu’en décembre 2020

Le ministère de la transition écologique a choisi de relancer le fret ferroviaire français principalement pour des raisons écologiques, ce moyen de transport étant, comme nous l’avons vu tout à l’heure assez peu polluant. Concrètement,  » l’Etat débloque immédiatement 63 M€ pour financer la gratuité des péages d’accès au réseau ferroviaire français de juillet à décembre pour toutes les entreprises de fret ferroviaire opérant sur le territoire national ».

L’objectif est de soulager dans un premier temps la filière du fret ferroviaire français. En effet, celle-ci a été pas mal chahutée depuis novembre 2019 avec dans un premier temps les grèves liées à la réforme des retraites et dans un second temps la crise du Covid-19. Cette aide de l’Etat représente un total de 10 à 15% des charges qui vont donc pouvoir être économisées par les acteurs de la filière.

le fret ferroviaire français cherche un nouveau souffle

Ainsi, le fret ferroviaire français va pouvoir à court terme renforcer sa compétitivité-prix par rapport au fret routier national. Ces aides généreuses, justifiées par l’urgence du réchauffement climatique cesseront fin décembre 2019. L’Etat réduira un peu l’aide en 2021 tout en manifestant son soutien à la filière.

Division des péages par deux dès 2021

Dès janvier 2021, l’Etat prendra en charge 70% des frais de péage payés par les entreprises sur le territoire national. Cet effort financier va permettre d’améliorer la compétitivité-prix du secteur avec l’espoir que cela permette au fret ferroviaire français de récupérer des parts de marché durablement sur le fret routier national.

Néanmoins, ces mesure dites d’urgence ne pourront pas durablement, et à elles seules, permettre au fret ferroviaire français de devenir un moyen de transport compétitif pour les expéditeurs comme pour les transitaires. C’est pour cette raison que l’Etat a concocté une troisième mesure, plus intéressante car sur le moyen terme.

Plan de relance à moyen terme

Aides au démarrage pour accompagner les nouveaux entrants

L’unique mesure annoncé par le gouvernement de Jean Castex en faveur du fret ferroviaire français à moyen terme concerne les nouveaux entrants. Le secteur du fret ferroviaire ayant été ouvert à la concurrence, l’objectif est d’augmenter le nombre d’acteurs pour créer une offre de transporteurs par rail conséquente.

Ainsi, le gouvernement a annoncé une aide au démarrage pour accompagner les nouveaux entrants. Ces aides pourront aller jusqu’à un financement annuel de 35 millions d’euros. Elles seront attribuées dans le cadre d’appel à projets. Pour 2020, le gouvernement a d’ores et déjà annoncé que ces aides au démarrage concerneront l’axe Perpignan-Rungis, ligne menacée par la concurrence du fret routier. Cette ligne « des fruits » qui est principalement utilisée, comme son nom l’indique, pour faire transiter les fruits espagnols, portugais et marocains qui arrivent à la frontière français. Cette ligne permet de les acheminer jusqu’au marché de Rungis, premier marché alimentaire de gros de France.

Ouverture du fret ferroviaire français à la concurrence

Depuis 2003, le fret ferroviaire français s’est progressivement ouvert à la concurrence. Tout d’abord sur le réseau international. Etaient autorisés à circuler sur les rails français des entreprises privées si elles avaient pour provenance ou destination une gare hors de France.

C’est à partir de 2005 que le fret ferroviaire français est officiellement libéralisé à l’échelle nationale. Mais les premiers opérateurs tardent à se lancer. En 2011, la totalité des opérateurs privés représentaient 20% du fret total, les entreprises publiques liées à la SNCF conservant encore 80% des parts de marché.

Le gouvernement français souhaite justement encourager d’autres opérateurs privés à se lancer sur ce marché, sous l’impulsion du Premier ministre Jean Castex. L’idée c’est justement de moderniser et améliorer l’image de ce mode de transport particulièrement respectueux de l’environnement. Comme la logique économique actuelle, à l’échelle nationale, ne lui est pas très favorable, des aides viennent aider de nouveaux acteurs.

Choisir entre fret ferroviaire et fret routier

Si vous hésitez encore entre deux solutions : choisir le fret ferroviaire ou le fret routier, n’hésitez pas à nous contacter en remplissant ce formulaire. Vous pourrez ensuite faire votre demande de cotation en nous précisant simplement votre projet. Nous vous apporterons ensuite des offres compétitives et nous vous conseillerons dans le choix de la meilleure offre à réserver. Venez découvrir notre plateforme ici.

Bertrand Connin
Bertrand Connin
Bertrand is Chief Marketing Officer at Transpare. He is the main authorof this website.